Une collecte pneumatique des déchets pour l’éco-quartier de l’Arsenal?

Publié par

DERNIÈRES NOUVELLES le 18/12/2015

La ville de Rueil a abandonné l’idée d’installer un tel système dans le futur éco-quartier. Mme Bouteille, adjointe au maire en charge de l’urbanisme et de l’écoquartier, nous en a informé lors de la réunion du comité de suivi de la mise en place de l’éco-quartier qui s’est déroulée en mairie centrale le 15 décembre dernier. L’article ci-dessous reste pour information seulement.

Lors de réunions publiques concernant l’Eco-quartier de l’Arsenal et encore récemment lors du conseil municipal du 2 avril 2015, Mr le maire de Rueil a évoqué la mise en place d’un système de collecte pneumatique des déchets dans le futur éco-quartier.

I/ D’où vient cette technologie et comment fonctionne-t-elle?

C’est en Suède que ce type d’installation a vu le jour il y a une cinquantaine d’année. La plupart des grandes villes suédoises sont aujourd’hui équipées. Puis l’Europe du Sud s’y est mise avec Barcelone à l’occasion des Jeux olympiques de 1992. Elle a ensuite été imitée par Bilbao, Séville, Valence, Carthagène. Lisbonne ou encore Copenhague se sont aussi lancées dans l’aventure. Ces installations sont souvent envisagées lors de l’aménagement de nouveaux quartiers ou de la rénovation de centres historique.

En France seul 2 projets de collecte pneumatique sont actuellement en opération à Issy les Moulineaux (92) et à Romainville (93). 3 sont en cours de construction à Paris-Batignolles, Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

Descriptif et mode opératoire

Il existe plusieurs modèles de collecte pneumatique. Celui en place à Issy les Moulineaux n’est pas strictement identique à celui de Romainville mais globalement le système fonctionne selon le principe décrit sur le schéma suivant :

Collecte pneumatique: schéma de fonctionnement. Source: ville de Paris
Collecte pneumatique: schéma de fonctionnement. Source: ville de Paris

Extrait d’un reportage du JDD à Romainville le 26/11/2012

« Ces bornes sont installées à moins de 50 m des immeubles. Sur chaque point de collecte, deux types de vide-ordures. L’un, brun, est destiné aux déchets ménagers ; l’autre, jaune, à la collecte sélective (journaux, emballages, bouteilles plastique).

L’habitant fait son tri : il peut mettre directement ses déchets dans la borne ou y glisser un sac de 30 l maximum. Les déchets tombent dans un collecteur vertical enterré à 2,8 m de profondeur où – sous l’effet de l’air comprimé -, ils sont transportés à 70 km/h dans un réseau souterrain de 4 km vers un terminal de collecte. Là, ils sont compactés avant leur transfert vers un site de traitement. En un an, 824 tonnes d’ordures ménagères et 221 tonnes d’emballages recyclables ont été évacuées par ce nouveau système de collecte pneumatique. »

Points de collecte à Romainville
Points de collecte à Romainville

II/ Avantages de la collecte pneumatique

Sur le papier ce procédé présente des atouts non négligeables. Voici les principaux tels qu’ils sont mis en avant par les promoteurs de la collecte pneumatique.

Des avantages en matière d’hygiène

Fini les mauvaises odeurs dans les rues liées aux bacs poubelles qui ne sont plus déposés sur l’espace public, le rendant plus propre. Idem pour les locaux poubelles dans les habitations, ce qui offre une meilleure hygiène et un gain de place.

Baisse des émissions de CO2 liées à la collecte

La circulation des camions liée à la collecte des déchets et à leur traitement est divisée par près de trois. Une production de 700 kilos par an de CO2 est ainsi évitée. Quant aux usagers ils peuvent profiter d’un service disponible 24 heures sur 24 mettant fin aux problèmes de conteneurs qui débordent.

Un impact social positif

Les accidents de travail des agents ont également baissé, car ils ne sont plus exposés aux risques de la collecte par camion. Pour compenser la suppression des emplois chauffeurs et de rippeurs, la collectivité de Romainville a créé le métier d’ambassadeur des déchets assuré par six d’entre eux. Les autres sont affectés au terminal de collecte.

Nous avons rajouté un avantage qui n’est étonnement jamais cité par les promoteurs de cette technologie.

Collecte sélective des déchets fermentescibles

En théorie un tel procédé permet la collecte des déchets fermentescibles. Il suffit pour cela de prévoir les bornes de collecte pour cela. Collecter les déchets fermentescibles à la source représenterait selon nous une avancée significative en matière de tri car cela améliorerait la valorisation de ces déchets grâce notamment à la méthanisation.

III/ Inconvénients, limites & risques du procédé

Ce procédé présente cependant des inconvénients et des limites très sérieuses qu’il convient de bien mesurer avant de prendre la décision de procéder à un tel investissement.

A) limites dans la quantité de déchets collectés

Le verre ne peut être collecté car il est trop abrasif pour les tuyaux. Cela veut dire qu’il faudra malgré tout prévoir une collecte en camion traditionnel avec un bac pour le verre. Idem pour les encombrants que le procédé pneumatique ne peut pas prendre en charge.

B) Des questions concernant la qualité du tri

Comme l’explique l’article du JDD cité plus haut, les sacs de déchets sont compactés à l’arrivée dans le terminal de collecte. On peut donc légitimement s’interroger sur la qualité du tri des déchets recyclables. Une fois compactés comment peut-on trier les papiers, des cartons, de l’aluminium qui aujourd’hui font l’objet d’un tri sélectif post-collecte? Et de fait selon les associations écologistes de Romainville, en 2012, aucune benne de collecte sélective n’a été valorisée. C’est-à-dire que tout le contenu des bennes jaunes est directement acheminé vers les incinérateurs ou la décharge. Le maire de Rueil devra donc nous expliquer comment après compactage les déchets recyclables seront effectivement recyclés.

C) Risque systémique

Qu’arrive-t-il en cas de panne du système ? La photo ci-dessous montre les cas collecte-pneumatique-romainvilled’incivismes qui peuvent se produire à Romainville. Mais que se passe-t-il si le système de collecte tombe en panne ? Faut-il prévoir malgré tout des bacs de collecte traditionnelle au cas où ?

D) Un coût et un risque financier élevé

L’inconvénient no1 de ce procédé est son coût. A Romainville le système de collecte a coûté en 2011, 10,8 millions d’euros TTC. A l’époque Romainville était précurseur en France et la ville avait bénéficié de 5 millions € de subventions (Région IdF, Fonds national d’aménagement et de développement du territoire, Union Européenne, Ademe), 2.8 millions restant à la charge de la commune et 3 millions à la charge de l’agglomération.

A Vitry le coût initial du projet était de 26m d’euros.

Risque financier

Outre son coût élevé, un tel projet de par sa nature présente des risques de dérapage financier non négligeables comme l’explique le journal le Parisien dans un article de décembre 2014 consacré au projet de Vitry.

http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/l-aspiration-des-dechets-coutera-plus-cher-que-prevu-17-12-2014-4379395.php

La ville de Vitry a du voter une rallonge de 4m d’euros en décembre 2014 occasionnant un surcoût de 18% à ce projet qui n’est pas encore en service.

Pour en savoir plus sur le projet de Vitry je conseille la lecture du blog du conseiller municipal Bertrand Potier qui décrit très bien les aléas d’un tel projet. (http://bertrandpotier.hautetfort.com/collecte-pneumatique-des-ordures-menageres/).

Disparition des subventions

Le coût d’un tel projet pour Rueil risque d’être d’autant plus important que les subventions se sont raréfiées pour ce type de projet.

Aujourd’hui le conseil régional refuse de subventionner ces installations (notamment celle de Vitry en 2012) dans l’attente d’avoir un retour d’expérience.

Idem semble-t-il pour l’Ademe qui en 2012 était réservée sur cette technologie :

« Nous n’avons pas de présupposés négatifs sur cette technologie, mais on veut l’évaluer », explique Hervé Pernin, coordinateur du pôle déchets à la direction régionale de l’Ademe. Il serait de bon ton de réinterroger l’Ademe sur ce sujet pour connaître sa position aujourd’hui et ce préalablement à la décision d’investir.

Faute de subventions, la ville de Vitry va devoir assumer l’essentiel du coût des travaux, par un emprunt et en augmentant la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (Teom) de 5% par an jusqu’en 2017.

Des coûts d’exploitation élevés

Assez étrangement on ne trouve pas d’argument financier en faveur de ce système chez les promoteurs de la collecte pneumatique. Et pour cause !! A Romainville, au lieu des 180 euros la tonne d’ordures initialement prévus, Veolia a facturé 325 euros la tonne.

En plus d’être un investissement important pour la ville (donc pour nos impôts), la collecte pneumatique risque d’entraîner également une hausse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) des rueillois.

Des discussions politiques animées

Accessoirement on peut prévoir une discussion animée au niveau de la CAMV car le traitement des déchets est gérée par la CAMV. Nos amis suresnois et nanterriens seront-ils d’accord pour payer une telle infrastructure réservée à Rueil ?

E) Un système peu incitatif à la baisse du volume des déchets, baisse pourtant préconisée par la loi

A la vue de l’importance des coûts fixes d’investissements examinés plus haut un tel système ne peut être rentable que si la quantité de déchets reste stable. Si cette quantité diminue il risque d’y avoir une hausse mécanique des coûts d’exploitation puisque les frais fixes seront répartis sur une plus petite quantité de déchets collectés. La ville et les habitants ne seront donc pas incités à réduire leurs quantités de déchets sous peine de voir leur facture augmenter.

Or la loi du 3 août 2009 dite « Grenelle 1 » fixe des objectifs nationaux et globaux de diminution des déchets ménagers et assimilés (DMA) de 7% sur 5 ans. Ces objectifs ont d’ailleurs été repris par le Programme Local de Prévention des Déchets en cours de rédaction au niveau de la Communauté d’Agglomération du Mont Valérien. Mr le maire va donc devoir nous expliquer comment il peut à la fois s’engager sur une baisse du volume des déchets et mettre en place une infrastructure dont le modèle économique souffrira d’une telle baisse.

Le système de collecte pneumatique ne permettra pas non plus de récompenser les citoyens vertueux qui s’engageront dans une démarche volontaire de réduction des déchets puisque la facture sera payée également par tous, faute de pouvoir évaluer la quantité de déchets de chaque foyer.

Pour nous la meilleure façon in fine de réduire la facture des rueillois de collecte des déchets est d’en réduire le coût en incitant les citoyens à réduire leur quantité de déchets. C’est précisément ce que permet la redevance incitative individualisée par foyer.

La ville de Besançon a mis en place une telle redevance et les résultats sont là : 1 an et demi après l’instauration de cette mesure, la quantité de déchets par habitants était passé de 230 à 168 kgs par hb et la facture de collecte des Ordures ménagères pour les habitants avait diminué de 3%. Mais pour cela il faut bien évidemment rester sur une collecte individualisée par foyer.

 Conclusion

Un tel projet de collecte pneumatique des déchets présente à nos yeux de sérieux handicaps au 1er rang desquels on trouve le coût d’investissement très élevé et un risque important de surcoût in fine pour la facture des rueillois.

Document additionnel:

Hubert nous a envoyé une étude qu’il avait réalisé sur la collecte pneumatique dans un commentaire de cet article. Il nous a envoyé l’étude par PDF afin de rendre les tableaux plus compréhensibles. Vous pouvez la télécharger en cliquant sur le lien suivant: collecte pneumatique

4 comments

  1. La 1re photo ne correspond pas aux bornes installées à Romainville !
    La 2e photo oui, c’est dans la cité Cachin au pied de la tour et malheureusement cela arrive très souvent, si souvent que même lorsque ce n’est pas en panne, des habitants déposent leurs cartons au pied des bornes, car il faut réduire ceux-ci en morceaux pouvant passer par une ouverture de 20 cm, beaucoup ne veulent pas le faire, car avant ce ramassage ce n’était pas nécessaire. Même un sac poubelle ne passe pas, il faut l’ovaliser !

    J'aime

  2. Pour info une étude que j’ai réalisée et envoyée à la mairie de Vitry sans retour de leur part:
    Etude de la collecte pneumatique de Vitry-sur-Seine
    OBJET DE L’ETUDE
    Cette étude a pour objet de faire un point sur les installations existantes, d’analyser qualitativement les avantages et inconvénients de la collecte pneumatique des déchets et de faire un comparatif en coût global avec la solution de collecte classique.
    Données de base : source mensuel N°85 d’avril 2012
    21055 habitants desservis ; 9400 logements ; 176 points de collecte ; production déchets 373 kg/hab.
    COMPARATIF ENTRE INSTALLATIONS EXISTANTES

    Critères Romainville Saint-Ouen Paris Batignolles Issy les Moulineaux Vitry
    Capacité en T/an 1045 traités en 2012 24 et à terme 36 000 24 000 (1)
    Nb logements 2700 10 000
    Long. réseau 4.1 km 6 km sans 10 km
    Nb de bornes 123 286 115
    Nb points 143
    Opérateur VEOLIA SITA/ROS ROCCA GENERIS ENVAC SITA/ROS ROCCA
    Coût TTC 10.8 Mi euros 26 Mi euros 20 Mi euros 4.3 Mi euros 37 Mi euros
    Financement 30% ville 70% subventions
    Coût exploitation 600 000 euros Non défini
    Mise en service Octobre 2011 Prévu 2014 Début 2014
    Facturation du service 325 euros/T

    (1) 21 055 habitants avec 373 Kg de déchets fourniront 7853 Tonnes par an arrondi à 8000 T et non 24 000T. Pourquoi un surdimensionnement de 300%, quand on sait que la distance limitée entre les points de collecte et la centrale d’aspiration ne pourra pas permettre de collecter tout Vitry à cette centrale ?

    ANALYSE QUALITATIVE DE LA COLLECTE PNEUMATIQUE

    Avantages & Inconvénients

    Les avantages de la collecte pneumatique :

    • Service de collecte disponible 24h/24, 7j/7 ;
    • Suppression des bacs d’immeubles et des coûts correspondants, de la pénibilité de rentrée et sortie pour les gardiens ou des prestations spécifiques de manutention pour les riverains ;
    • Remplacement des corbeilles de rue par des bornes, pour les quartiers qui y en sont dotés ;
    • Réduction des sources de souillures sur voirie, mais souillures au droit des bornes ;
    • Réduction du trafic bennes et donc des nuisances liées (encombrement, bruit, pollution) et des accidents du travail ;
    • Réduction des émissions de gaz à effet de serre produites par la collecte camions ;
    • Réduction des nuisances olfactives et visuelles.

    Les inconvénients observés :

    • Investissement de départ lourd (d’autant que la concurrence est restreinte) ;
    • Coût de fonctionnement plus important de l’ordre de 13% par rapport à la collecte classique ;
    • Consommations d’énergie électrique importantes (consommation supérieure de 80% à la collecte en bennes, pour les systèmes en fonction) ;
    • Obligation de maintenir des services de collecte des encombrants et du verre et classique pour les quartiers non desservis ;
    • Difficultés d’accès aux bornes pour les personnes à mobilité réduite et âgées :
    • Appel au civisme des usagers et risque de détérioration de la qualité du tri.
    • Qualité de l’air dans le local de collecte pas sain pour les travailleurs

    Retour d’expérience sur installations existantes

    La collecte pneumatique existe dans de nombreux pays d’Europe et d’Asie (Allemagne, Espagne, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Chine, Singapour, Taïwan…).

    A Barcelone, au bout de quinze ans, les installations sont dans un état déplorable, car les citoyens ne respectent pas les règles de bon fonctionnement du système de collecte pneumatique notamment en y déposant du verre, ce qui endommage les conduits ou pire en jetant leurs ordures directement dans la rue.

    A Romainville le coût de la collecte prévu de 180 euros/t est en réalité facturé par Véolia 325 euros/T. De nombreuses photos au droit des bornes montrent ceci :
    :

    En 2012 aucune benne de collecte sélective n’a pu être valorisée avec ce type de collecte. Tout a été incinéré.

    A Issy les Moulineaux, le système de collecte pneumatique des déchets connaît quelques ratés dans le quartier du Fort à Issy-les-Moulineaux. Les tapis roulants servant à acheminer les ordures ménagères sont de temps à autres à l’arrêt. Des bornes d’aspiration bouchées ont nécessité de neutraliser temporairement l’installation. (10 Sept. 2014, 12h46 | MAJ : 10 Sept. 2014, 12h46). Au mois d’août le camion utilisé pour le ramassage était tombé en panne.

    Grenoble a été la première ville à installer ce système pour collecter les déchets ménagers dans son village Olympique dans les années 1970. Cependant, l’expérience n’a pas été des plus positives pour la collectivité. L’installation qui est toujours en service et qui collecte 2 000 tonnes de déchets par an, a connu de nombreux problèmes de maintenance, en particulier une usure extérieure par corrosion et une usure intérieure par abrasion.

    BILAN ENVIRONNEMENTAL

    Le calcul du bilan carbone est basé sur le trafic des bennes pour la solution classique et, pour la solution transport pneumatique, sur le trafic des camions de transport des déchets compactés de la centrale aux sites de traitement et de la production d’électricité pour l’aspiration des déchets.

    Estimation des kilométrages et de la consommation de carburant pour chaque scénario
    Base 8000 T :
    Pour la collecte traditionnelle le calcul du nombre de collecte a été effectué avec des bennes de 7T et une distance par trajet de 25 km. Pour la collecte pneumatique le calcul du nombre de collecte a été effectué avec des bennes de 12T et une distance par trajet de 20 km.

    Collecte
    Traditionnelle Collecte
    Pneumatique
    Total km / an 32143 km 15 000 km
    Différence km avec CT – -53 %
    Consommation carburant / an 16 071 l 7 500 l

    L’ADEME a développé une méthode pour estimer un ordre de grandeur des rejets de gaz à effet de serre. Cette méthode recourt à des facteurs d’émissions : ce sont des grandeurs qui permettent de convertir des « données d’activités » (litre de carburant, kWh d’électricité) en émissions (kg équivalent carbone).

    Bilan Carbone de chaque scénario :

    Collecte
    Traditionnelle Collecte
    Pneumatique
    Impact des km 11 500 kg eq C
    5 400 kg eq C

    Impact électricité consommée 0 16 000 kg eq C

    Total 11 500 kg eq C
    21 400 kg eq C
    Ecart avec CT + 46%
    Détail des calculs voir annexe 6
    Quand la production carbone due à la production d’électricité est prise en compte le bilan carbone est très défavorable à la collecte pneumatique !

    ANALYSE EN COUT GLOBAL de la collecte pneumatique de Vitry

    Calcul du coût global du projet de collecte pneumatique (base 8 000 T):

    Désignation Total M € HT Total M € TTC

    Dépenses
    Investissement (voir annexe 1) 30,83 37
    Coût fonctionnement sur 30 ans (voir annexe 2) 15,98 17,89
    Recettes
    Fond de compensation TVA -4
    Subventions -4,13
    Coût global 46,76

    Coût à la tonne collectée 194,83

    Chiffre surligné ordre de grandeur

    ANALYSE EN COUT GLOBAL de la collecte manuelle de Vitry

    Calcul du coût global du projet de collecte manuelle (base 8 000 T):

    Désignation Total M € HT Total M € TTC

    Dépenses
    Investissement 1,89 2,27
    Coût fonctionnement sur 30 ans 43,31 51,97
    Recettes
    Fond de compensation TVA -1
    Subventions 0
    Coût global 53,24

    Coût à la tonne collectée €/T 221,85

    Chiffre surligné ordre de grandeur

    COMPARAISON COLLECTE PNEUMATIQUE ET MANUELLE

    Désignation Collecte Traditionnelle Collecte Pneumatique

    Investissement TTC en M € 2,27 37

    Fonctionnement (sur 30 ans) 51,97 17,89

    Subventions 0 -4,13

    FC TVA -1 -4

    Coût global TTC 53,24 46,76

    Comparaison avec CT 14%

    Economie 34.08 M € sur 30 ans soit 1.14 M €/an pour un surcoût de 34.73 M € soit un temps de retour de 30 ans. Un calcul financier plus précis intégrant les frais financiers de l’emprunt serait encore plus cruel.

    CONCLUSION

    L’analyse sur des critères qualitatifs montre que la collecte pneumatique n’est pas performante en termes de qualité environnemental avec, en particulier, la réduction du volume de déchets valorisés (expérience Romainville).

    Le bilan carbone n’est également pas favorable avec la collecte pneumatique, car si elle réduit le trafic routier cet avantage est largement contrarié par l’émission de carbone produit par la production d’électricité nécessaire au fonctionnement de l’aspiration.

    Enfin au niveau économique c’est une pure aberration puisque le temps de retour est équivalent à la durée de vie de l’installation.

    Cet investissement lourd est d’autant plus regrettable que dans la situation économique actuelle ou l’Etat reporte sur les collectivités toujours plus de prise en charge de dépenses sociales.

    Combien d’équipements sociaux (groupe scolaire, foyer pour personnes âgées, sportifs …) auraient-été plus utiles à la population !

    La seule justification à ce projet est qu’il répond à une volonté politique ! Cette volonté est-elle pertinente ? A vous de juger.

    ANNEXE 1 : Calcul des coûts d’investissement collecte pneumatique :

    Désignation Quantité Coût unitaire € HT Total k € HT TVA Total k € TTC

    Borne (1) 450 unités 16 000 7 200 20% 8 640

    Réseau 10 000 ml 1 500 15 000 20% 18 000

    Terminal 4 500 20% 5 400
    Génie civil+ équipement
    suppléments 4133 4 960
    Total 30 833 37 000

    (1) Chiffre estimé à partir ratio calculé nombres de bornes par points de collecte pour 8 mai et Commune de Paris

    ANNEXE 2: Calcul des coûts de fonctionnement annuel collecte pneumatique
    (Base 8 000 T) :

    Désignation Quantité Coût unitaire € HT Total k € HT TVA Total k € TTC

    Electricité (1) 800 Mwh 0,06 48 20% 57,6
    Personnel
    Chauffeurs 2 40 000 80 80
    Agents de maintenance 3 45 000 135 135
    Essence et maintenance 15 000 2,25 33,75 20% 40,5
    Maintenance courante 1% invest terminal 37 20% 44,4
    GER 2% invest terminal 74 20% 88,8
    Taxes, assurances, autres 125 20% 150
    Total 532,75 596,3
    (1) Ration 100 kWh par tonne

    ANNEXE 3 : Calcul des coûts d’investissement collecte manuelle:

    Désignation Coût € TTC 2012 pour 32160T Coût € TTC à la T Coût € TTC pour 8 000T Investissement sur 30 ans
    (1) k € TTC
    Acquisition bacs 105 071,91 € 3,27 € 26 137,29 €
    ordures ménagères
    Acquisition bacs 38 753,84 € 1,21 € 9 640,26 €
    collecte sélective
    Maintenance bacs 96 382,99 € 3,00 € 23 975,87 €
    OM et suivi
    informatique
    Maintenance bacs 64 255,33 € 2,00 € 15 983,91 €
    collecte sélective
    Total 304 464,07 € 9,47 € 75 737,33 € 2272

    (1) Rapport de la municipalité

    ANNEXE 4: Calcul des coûts de fonctionnement annuel collecte manuelle
    (Base 8 000 T) :

    Désignation Quantité déchets en Tonnes Coût de la collecte k €

    Collecte des OM en 2012 (1) 28 021 5 769

    Actualisation 5% 6 057
    Total k € TTC 6 057
    Part de collecte pneumatique en service
    2/7
    Incidence de cette part si réalisée en manuelle 1 732
    Coût à la tonne collectée 216.55

    (1) Voir annexe 5 ci-après données extraites du Rapport de la municipalité

    ANNEXE 5:

    Coûts fonctionnement collecte seule 2012 Quantités
    Collecte
    Ordures ménagères
    Collecte prestataire 932 184,26 € 7752,9
    Collecte régie 978 010,12 € 18090,1
    Emballages et journaux-magazines
    Collecte prestataire 871,2
    (porte-à-porte) 185 010,34 €
    Collecte régie 249 301,08 € 1306,8
    (porte-à-porte)
    Vidage des colonnes
    journaux-magazines 4 680,85 €

    Total collecte 2 349 186,65 € 28021

    Pré collecte (1) 2 788 178,92 €

    Autres frais (2) 631 611,28 €
    TOTAL 5 768 976,85 €

    ANNEXE 6: DETAILS CALCULS BILAN CARBONE

    Bilan carbone électricité centrale d’aspiration

    Collecte Collecte
    Traditionnelle Pneumatique
    Consommation 0 800
    électrique en MWh
    kg de CO2 par kWh (1) 0,075 0,075
    Total de CO2 en kg 0 60000
    conversion de kgeqCO2 à kg eq C 0.273 0.273
    Total kg eq C 0 16380
    Total kg eq C arrondi 0 16 000
    (1) Contenu de »gaz à effet de serre » valeur EDF en 2009 :
    > Produit: entre 42 et 53 g.éq.C02/kWh.
    > Fourni: 75 g.éq.C02/kWh

    Bilan carbone camions collecte

    Collecte Collecte
    Traditionnelle Pneumatique
    Total km / an 32143 km 15 000 km
    Consommation carburant / an en l 16 071 7500
    kg de CO2 par unité de carburant (1) 3.07 3.07
    Masse volumique du gazole 0.855 0.855
    Total de CO2 en kg 42184 19686
    conversion de kgeqCO2 à kg eq C (2) 0.273 0.273
    Total kg eq C 11516 5374
    Total kg eq C arrondi 11500 5400

    (1) Voir Tableau 17rappport ADEME: facteurs d’émission des sources d’énergie – transport routier de marchandises
    (2) La conversion de kgeqCO2 à kgeqC se fait en multipliant la valeur par 12/44 (en g/mole)> 1 eq CO2 = 0.272 eq C

    Facteurs d’émission des sources d’énergie utilisées
    4.5.1.2. Valeurs de niveau 1

    Nature de la source
    d’énergie
    Type détaillé
    de la source
    d’énergie Unité de mesure
    de la quantité de
    source d’énergie
    Facteur d’émission
    (kg de CO2 par unité de mesure de la quantité de source d’énergie)

    Phase amont
    Phase de fonctionnement
    Total

    Gazole
    Gazole routier à la
    pompe Litre (ℓ) 0.58 2.49 3.07
    Gazole non routier
    à la pompe Litre (ℓ 0.58 2.49 3.07

    Tableau 17 : facteurs d’émission des sources d’énergie – transport routier de marchandises

    J'aime

  3. Habitant de Vitry sur Seine, Conseiller municipal de 2008 à 2014, je reste en veille d’articles sur la collecte pneumatique des déchets.

    C’est ainsi que j’ai découvert une note intéressante publiée sur RUEIL MALMAISON…

    J’y ai découvert un lien avec le présent blog. Mais, surtout, je mesure que tout le monde se questionne sur les enjeux écologiques et financiers de tels projets d’investissements.
    L’article ci dessous questionne bien sur la question de savoir comment peut être triés des déchets relevant du tri sélectif, dès lors qu’ils ont été compactés. à l’issue de l’aspiration… Voilà des démonstrations à faire.

    Enfin il résume bien l’impasse de tels projets novateurs dès lors qu’ils ne sont pas subventionnés!

    Par contre , il n’évoque pas le bilan énergétique.

    Enfin je suis totalement en désaccord avec la préconisation d’une redevance incitative selon le poids des ordures générées par chacun. Ce principe génèrera de l’incivisme et des pratiques de dépose des ordure n’importe où. Enfin ce système par redevance oublie simplement que nous ne générons pas des déchets par plaisir. Je pourrais donner des exemples si besoins. A chacun de mesurer la composition de « sa » poubelle au fil du temps et au fil de la vie.

    En tout cas à lire pour le débat.

    https://rueilenvertetpourtous.net/2015/05/14/une-collecte-

    Lecteurs hispanophones, n’hésitez pas à me signaler des articles sur la situation à BARCELONNE….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s