Mr le Maire avait convoqué le mercredi 26 novembre un conseil municipal extraordinaire conseil-municipalpour présenter la situation financière de la ville.

A télécharger: Les finances de RM – projection du 26 novembre 2014 au CM

Selon lui la ville de Rueil est prise dans un effet de ciseau entre hausses des charges d’un côté et baisse des recettes de l’autre.

Côté hausse des charges:

– la mise en place des nouveaux rythmes scolaires a obligé la ville à augmenter les effectifs des encadrants pendant le temps péri-scolaire,

– hausse de la péréquation payée par les « villes riches » au profit des « villes pauvres ».

Côté baisse des recettes il s’agit principalement de la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) que l’Etat verse aux collectivités territoriales. D’après le maire de Rueil cette baisse sera de 2,9m d’euros/an pendant 3 ans soit un total de 8,7m d’euros de recettes en moins sur 3 ans.

Au delà des chiffres le maire a annoncé une « baisse de la qualité de la vie des rueillois ». Il a montré pour cela sous forme de graphique les taux d’effort de certains services municipaux comme la cantine scolaire ou les centres de loisirs. Le taux d’effort représente la part payée par l’utilisateur du service vs la part payée par la ville ou le contribuable rueillois. De mémoire le taux d’effort sur le repas de la cantine est d’environ 50%. Ce qui veut dire que l’utilisateur paie en moyenne 50% du coût total d’un repas à la cantine scolaire.

Pour le maire de Rueil cette baisse de la qualité de la vie se traduira par:

– une baisse voire une suppression de certaines activités (comme Rueil TV qui sera arrêté à la fin de l’année)

– une hausse des tarifs municipaux et des impôts

– une baisse des investissements

Fidèle à son habitude le maire a imputé la faute au gouvernement qui reporterait sur les communes les efforts qu’il n’est pas prêt à consentir à son niveau.

Notre commentaire:

Tous les membres de l’opposition ont protesté sur les conditions de convocation de ce conseil extraordinaire puisqu’aucun document préparatoire ne nous avait été communiqué préalablement. Nous avons également demandé que le document PPT présenté pour la circonstance nous soit communiqué ce que l’on nous a promis. J’ai demandé également que ce document soit publié sur le site internet de la ville.

Sur le fond nous nous sommes étonnés .. de l’étonnement du maire face aux restrictions budgétaires auxquelles il est confronté. On ne voit pas en effet pourquoi les collectivités locales seraient à l’abri de la rigueur économique qui touche l’Etat, les entreprises et beaucoup de Rueillois. J’ai rappelé à Mr le Maire que la France est en déficit budgétaire depuis 40 ans et qu’il faudra peut-être qu’un jour cela cesse…

Il faut de surcroît relativiser la baisse de la DGF annoncée par le maire. Le montant de dotations et participations inscrit au budget de la ville de Rueil est de 23,69m d’euros sur un total de 136,6m de recettes. Donc 2,9m d’euros cela représente environ une baisse de 12% du montant total des dotations mais une baisse de seulement 2,1% des recettes totales de la ville. On a connu pire récession.

Quant aux mesures à prendre pour faire face à ces baisses de recettes, nous pensons qu’un vaste début doit s’engager avec les rueillois sur les services rendus par la ville. Cela passe selon nous par une réflexion autour des questions suivantes:

– Quels services/dépenses doivent continuer a être proposés par la ville? Je pense notamment aux frais de bouche occasionnés par la moindre des manifestations ou au système de vidéo surveillance, à la patinoire de Noël…

– Quelle part des services que l’on veut voir proposé doit être financé par la ville, i.e le contribuable? Et quelle part doit être financée par l’utilisateur/consommateur?

– Comment répartir la part payée par l’utilisateur de façon juste entre tous les rueillois : quel quotient familial appliquer sur les tarifs des services

Nous demandons donc au maire d’ouvrir ce débat très largement et ce à plusieurs niveaux:

– en impliquant tous les membres du conseil municipal y compris ceux de l’opposition dans les choix politiques induit par ces restrictions budgétaires.

– en organisant des rencontres citoyennes dans les quartiers pour donner la parole aux rueillois et pas seulement pour leur dire que tout va mal…

Nous ne manquerons pas de le suivre sur ce terrain et vous en tiendrons informé.