Pour une nouvelle forme de dialogue avec les Rueillois

Publié par

La tour Albert 1er va faire l’objet d’une opération de démolition/déconstruction dont democratie-participative-et-si-on-laissait-r-ellement-la-parole-aux-citoyens,M103004l’objectif est de transformer en logements cette tour de bureaux presque vide et de rénover le centre commercial actuellement peu fréquenté.

Une réunion publique d’information s’est déroulée le 29 janvier dernier à l’école des Trianons en présence du maire, de l’adjointe à l’urbanisme et du constructeur devant un public très nombreux et très concerné. L’architecture du futur bâtiment et le déroulé du chantier ont été présentés avec beaucoup de détails et il a été répondu à de nombreuses questions.

Néanmoins l’issue de cette réunion a laissé beaucoup de rueillois insatisfaits et interrogatifs notamment sur la question de l’amiante. Pourquoi la présence d’amiante oblige-t-elle à la démolition de l’immeuble ? Pourquoi ne pas garder la superstructure et la réaménager en logements ?

Ces interrogations sont légitimes car toute présentation aussi détaillée soit-elle conduit inévitablement l’auditeur à se poser des questions à laquelle il n’avait pas pensé. Le temps d’y réfléchir et bien sûr la réunion est terminée.

C’est pourquoi nous préconisons une autre forme de dialogue avec les rueillois : il s’agit de la concertation.

Au cours d’une 1ère réunion le projet est présenté avec ses contraintes et ses options architecturales. Les éléments présentés sont ensuite laissés à la disposition des personnes présentes pour qu’elles en prennent connaissance et puissent en faire sens. Une 2ème réunion est alors organisée au cours de laquelle les objections/questions suscitées par l’étude du projet sont traitées. Enfin dans un 3è temps le projet amendé suite aux remarques est présenté dans une version (quasi)définitive pour validation par les citoyens.

Ce processus peut paraître long et fastidieux. En réalité il peut permettre d’améliorer le projet grâce aux suggestions des citoyens et surtout il pourrait garantir une bonne fin au projet en prévenant des recours associatifs qui parfois bloquent tel ou tel projet immobilier.

Pour en savoir plus:

Démocratie participative: et si on laissait réellement la parole aux citoyens?

Ce texte a été publié dans le journal Rueil Infos de mars 2016.

One comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s