La Communauté d’agglomération du Mont Valérien (1) vient de remporter l’appel à projet

Alexis Martin avec Ségolène Royal
Alexis Martin avec Ségolène Royal

« Territoire à Energie POSitive » (TePOS) (2) lancé l’an dernier par le Ministère de l’écologie et du Développement Durable.

Cette candidature était portée par Alexis Martin, vice-président EELV en charge du Développement Durable à la Communauté d’Agglomération du Mont Valérien (CAMV).

La CAMV bénéficiera donc d’une subvention de 500 000 euros pouvant aller

« jusqu’à 2 millions d’euros en fonction de la qualité des projets et de leur contribution aux objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Ces subventions doivent permettre de financer rapidement des projets qui contribuent efficacement à la baisse de la consommation d’énergie sur le territoire, à la production d’énergie renouvelable et à la mobilisation citoyenne ».

Concrètement, sur notre territoire, les projets suivants pourront être financés: un audit pour les réseaux de chaleur et celui pour le potentiel d’énergie renouvelable ainsi qu’une subvention pour les vélos électriques.

Au moment où les subventions étatiques pour mes collectivités locales sont en baisse, cette subvention arrive à point nommé pour accompagner notre territoire dans la transition énergétique dont il a cruellement besoin pour réduire sa dépendance à l’énergie importée.

Nous espérons notamment que cette aide permettra de relancer les études concernant la mise en place d’une usine de méthanisation sur le territoire de l’agglomération.

(1) La CAMV est la communauté d’agglomération qui regroupe les communes de Rueil Malmaison, Suresnes et Nanterre.

(2) Qu’est -ce qu’un Territoire à Energie POSitive?

Un territoire à énergie positive est un territoire de l’excellence environnementale qui définit un programme d’actions. Il se fixe des objectifs dans les domaines suivants :

  • la réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments ;
  • la diminution des émissions de gaz à effet de serre dans les transports ;
  • une gestion plus durable des déchets ;
  • le développement des énergies renouvelables ;
  • la préservation de la biodiversité ;
  • l’éducation à l’environnement et la participation citoyenne.