Une rue de Rueil portera le nom de Geneviève De Gaulle – Anthonioz

Publié par

La dénomination d’une nouvelle voie dans le secteur de la rue Sainte Claire Deville du quartier Rueil sur seine a été votée par le Conseil Municipal du 19 décembre 2018, ceci en lien avec la ville de Nanterre qui partagera la rue.

Elle portera le nom de Madame Geneviève de Gaulle-Anthonioz. C’est un très bon choix qui permettra de faire mieux connaître les valeurs portées par cette grande dame. Nous apprécions d’autant plus ce choix qu’il avait déjà été proposé en 2013 par la précédente élue écologiste Cécile Alavoine-Berthaud à l’occasion de la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation du dimanche 28 avril 2013. Cécile Alavoine Berthaud figurait également sur la liste Rueil en Vert et Pour Tous que j’ai mené lors des élections municipales de 2014.

Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle Anthonioz

Elle avait proposé 3 noms de femmes résistantes particulièrement remarquables, en prévision de la dénomination des futures rues ou équipements de la Ville. 3 propositions parmi les nombreuses personnalités qui mériteraient d’être honorées. Ces 3 personnalités ont rédigé de nombreux ouvrages de témoignage et se sont battues toute leur vie pour restaurer la dignité de l’Homme. Depuis cette proposition, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion sont entrées ensemble au Panthéon le 27 mai 2015.

Madame Geneviève de Gaulle-Anthonioz 1920-2002

Grand Croix de la Légion d’Honneur, Grande Résistante déportée à Ravensbrück

Présidente de l’ADIR : l’Association des anciennes Déportées et Internées de la Résistance de 1958 à 2002

Volontaire permanente puis Présidente du Mouvement ATD Quart Monde de 1964 à 1998

Nommée au Conseil Economique et Social en 1988, elle milite pour le vote de la loi de lutte contre les exclusions en 1998.

Madame Germaine Tillion 1907-2008

Grand Croix de la Légion d’Honneur et Grand Croix de l’Ordre du Mérite

Grande Résistante déportée à Ravensbrück, très active à l’ADIR

Ethnologue, enseignante chercheuse, grande figure du dialogue des civilisations, en particulier avec l’Afrique

Madame Marie-José Chombart de Lauwe née en 1923

Grand Croix de la Légion d’Honneur

Grande Résistante dès l’âge de 17 ans, déportée à Ravensbrück

Docteur en psychologie de l’enfant, Directrice de recherche en psychologie sociale au CNRS

Adhérente à la Ligue des Droits de l’Homme, très active à l’ADIR, elle est membre du Conseil du FNDIRP : la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes.

Depuis 1996, elle est Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, et continue de témoigner, en particulier auprès des jeunes.

One comment

  1. je suppose que c’est la parenté  » gaullienne » qui a prévalu . C’est très courtois de ta part de rappeler les propositions de Cécile et le c.v. très court des 3 personnalités . Je suis membre (tout à fait inactif !!) de « Mémoire Vive » qui s’occupe de la mémoire de 2 convois de déportés l’un dit des « 45 000 » l’autre des « 31 000 » (les femmes). Mon père était à Compiègne comme otage et a fait partie des « 45 000 » (convoi de juillet 1942 composé pour l’essentiel de militants communistes ). Cela ravive de tristes pensées mais c’est bien de maintenir le souvenir d’hommes et de femmes admirables … bonne soirée Jacques

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.